queer

Sex & The Covid

Jour 3… Ou alors jour 4. Je ne sais plus. En fait moi j’ai commencé mon confinement dès samedi dernier avec juste une sortie à l’école élémentaire du 15ème arrondissement pour voter pour Queen Hidalgo. Sinon, aucune sortie. Rien. On a 23 ans et notre vie là, tout de suite, c’est de rester cloîtrer chez nous. Oui, on n’a jamais sauvé autant de vie qu’en matant pour une 32ème fois l’intégrale de « Glee ».

C’est dingue d’ailleurs comme je n’ai jamais autant eu envie de sortir dehors que depuis qu’on nous l’a déconseillé. Normalement, les dimanches avec ma meilleure amie on a tout le temps la flemme de sortir. Gueule de bois ou non, d’ailleurs. On se fixe toujours 100 000 plans, mais on finit par s’échouer devant le replay de « The Voice ». Je rêve à l’instant d’aller faire une expo, ou même d’aller chercher un colis au point relais. On se fait chier, c’est fou. Je sais maintenant ce que ressentait Amélie Neten lors des dernières semaines dans Secret Story. Quoique, elle au moins elle avait Senna.

Mais je ne suis pas le plus à plaindre. Je travaille, heureusement. J’écris tous les jours pour ELLE. Ça me garde occupé et j’essaie de penser à autre chose comme ça. Quoique… Il faut qu’on essaie de trouver des angles percutants avec le contexte actuel. Parce que clairement parler de la nouvelle collection Zadig & Voltaire ça fera une belle jambe à tout le monde. Alors j’ai eu la brillante (ou la pire) idée de poser la question « Doit-on rester en jogging pendant le confinement ? ». Ça parait, dit comme ça, la question la plus superficielle du monde. Pourtant c’est une interrogation pour moi, en premier lieu. Est-ce que je dois m’habiller, même si je ne vais pas au travail ? La réponse est oui. D’ailleurs l’article a fait le buzz, mais je suppose que les gens ne l’ont en majorité pas lu (alors qu’il était vraiment super).

J’étais plutôt très content quand on nous a annoncé que l’on ne venait pas au travail vendredi dernier. Le télétravail ça veut dire 1h30 de sommeil en plus sans parcourir les couloirs puant de pisse de Saint-Lazare. Vous voulez que je vous dise ? Le joueur d’accordéon de la ligne 12 me manque. Mais on s’y fait et je tente alors de divertir les gens (et moi-même surtout) à coup d’articles un peu rigolo et de reviews sur mon compte Instagram. Mais tout paraît en suspend. Comme si moi j’étais mis au placard, qu’on me faisait une farce et que le monde marchait tout normalement. C’est vraiment bizarre comme sensation.

J’ai jamais autant eu envie de faire des dates aussi. A tous mes rendez-vous Tinder à qui je n’ai pas re-proposé de second verre, je vous demande de me pardonner. J’étais dans l’ignorance. Avec mes collègues on rigole aussi sur le syndrome de « la dickpic en période de confinement ». Le sexting est tout ce qu’il nous reste, alors autant se faire plaisir. Je pense d’ailleurs que je les répertorierai dans un album souvenir, comme ceux datant de la guerre.

Et puis mes amis me manquent. Le beau temps me rend encore plus nostalgique. J’ai follement envie de me caler en terrasse, lunettes de soleil sur le nez, une blonde entre les lèvres, à refaire le monde comme si notre avis avait un quelconque impact. Peut-être qu’en ressortant de cette aventure (oui je suis vraiment dans le thème téléréalité), on profitera dix fois plus des instants partagés ensemble. En tout cas, j’en rêve.

Voilà, c’était mon moment Carrie Bradshaw en quarantaine. Oh tiens, si je refaisais toutes les saisons ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :