mode

La mode va-t-elle survivre au coronavirus ?

La mode est un milieu superficiel. C’est ce que l’on entend, ce que l’on nous rabâche depuis des siècles. Et dans cette bulle Covidienne que nous nous sommes créés depuis le début de la quarantaine, la sentence nous saute aux yeux : la mode pourrait être vouée à disparaître.

«N’achetez que l’essentiel», «ne vous déplacez que pour l’essentiel»… Ce sont les mots du gouvernement depuis qu’on nous a foutus entre quatre murs. Qu’est-ce que l’essentiel ? Manger. Boire. Survivre. On s’éclate. En dehors de ces besoins primitifs, on se rend compte que l’on peut se passer de beaucoup de choses. Oui, j’étais le premier choqué de me rendre compte que je peux vivre sans me commander 100 balles de fringues sur Asos par semaine. Et que la dernière collection de Mugler n’est pas forcément nécessaire à mon équilibre psychique. Quel drame. Une vie basée sur des foutaises.

Emanuele Farneti, rédacteur en chef de l’édition italienne de Vogue, a d’ailleurs parlé de ce phénomène au podcast de Business Of Fashion. « Aurons-nous encore besoin de mode ? Aurons-nous encore besoin d’acheter plus de vêtements ? Est-il toujours judicieux de traverser d’un pays à un autre pour assister à 15 défilés de mode ? Il y a beaucoup de questions et c’est le moment de commencer à discuter. »

Il y aura un avant et un après. C’est sûr. Beaucoup de personnes disent qu’il faut se recentrer sur soi-même en cette période de confinement, afin d’être une meilleure version de soi-même en sortant de cette aventure. Je ne pense pas que ce sera aussi simple. Je pense même d’ailleurs qu’on va tous reprendre très rapidement nos petites habitudes égoïstes. Mais il y aura un changement par rapport aux conséquences, aux dommages de la pandémie. L’industrie de la mode est meurtrie. En France comme en Italie, la majeure partie des sites de production ont fermé. Le temple du chic Chanel a été contraint de fermer ses portes : « Chanel a pris la décision, conformément aux dernières instructions du gouvernement, de fermer progressivement, pour deux semaines, tous ses sites de production en France, en Italie et en Suisse ainsi que ses ateliers de Haute Couture et de prêt-à-porter, d’artisanat et de joaillerie », peut-on lire dans un communiqué. C’est dramatique et pourtant ce n’est rien à côté de la guerre que mènent les équipes médicales contre cette vicieuse Miss Corona.

Les calendriers très stricts (et farfelus) qui régissent la mode seront eux aussi sans dessus-dessous. Ils le sont déjà à vrai dire. Bien sûr, cette saison printemps-été sera abominable. Les marques vont perdre de l’argent à foison. La saison automne-hiver ne sera peut-être pas meilleure dû aux retards de livraisons des collections en boutique. Un calendrier infernal qui pose de sérieuses questions sur l’avenir à long terme de la fast-fashion. Une mode plus éthique, plus localisée en France, serait bien plus solide face à des crises comme l’épidémie de coronavirus.

Mais la mode, ce milieu si pervers, si mesquin, si impitoyable, a su montrer toute sa générosité durant cette période sans précédent. LVMH a été parmi les premiers grandes voix à proclamer sa solidarité avec le milieu hospitalier en réquisitionnant les usines de production de ses grandes marques, dont Dior ou Guerlain, pour fabriquer des gels hydro-alcooliques. Le groupe rival, Kering, s’est joint à l’initiative pour annoncer que les usines de Saint Laurent et Balenciaga se consacreraient à l’élaboration de masques : 1 100 000 masques et 55 000 blouses seraient envoyés aux hôpitaux dans les prochaines semaines. Du jamais vu.

Même constat du côté de la presse féminine. Les éditions françaises et italiennes de Vogue ont mis en ligne gratuitement leur numéros pour les prochains mois afin de contrer l’ennui du confinement. Le magazine ELLE (oui je reste corporate) n’est en reste puisque le prochain numéro rend hommage aux femmes en milieu hospitalier et sera distibué gracieusement dans les hôpitaux, pour les malades et les soignants, et ce pendant toute la durée du confinement.

Qui a dit que la mode était sans coeur ?

(1 commentaire)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :