mode

Givenchy : qui remplacera Clare Waight Keller ?

Vendredi 10 avril. Séisme sur la planète mode. L’organza et le polyester sont en ébullition. Givenchy annonce qu’elle se sépare de sa directrice artistique star Clare Waight Keller, après trois ans d’excellence (ou presque). La créatrice de la robe de mariée de Meghan Markle tire sa révérence.

Et oui, même le coronavirus ne peut stopper le turn-over infernal des créateurs et des maisons de couture. Cette fois-ci, c’est une nouvelle qu’aucune Madame Irma de la mode n’avait vu venir : Clare Waight Keller s’en va de Givenchy. Trois ans après son arrivée à la tête de la direction artistique, la Britannique qui s’était fait connaître chez Chloé, se fait remercier. Il faut dire que les créations de la designer de 49 ans ont été scrutées à la loupe lors de son arrivée. Elle succédait à Riccardo Tisci (aujourd’hui chez Burberry) qui avait donné un souffle nouveau à ce temple vieillissant. Et malgré de divines prouesses en haute couture et l’élaboration de la robe de mariée de Meghan Markle en 2018, Clare Waight Keller n’a pas réussi à incarner suffisamment la griffe. Des collections de prêt-à-porter très inégales, une identité floue et une inspiration bancale… Bref, la marmelade britannique n’a pas pris.

Touchée par cette décision, la principale intéressée à tenu à s’exprimer dans un communiqué : «En tant que première femme à devenir directrice artistique de cette légendaire maison, je me sens honorée d’avoir eu l’opportunité de chérir son héritage et de lui donner une nouvelle vie, écrit celle qui a fait ses débuts chez Calvin Klein. Se concentrer sur ce monde de la haute couture a été l’un des points forts de mon parcours professionnel. J’ai partagé tant de moments incroyables avec les brillants ateliers et équipes de design de Givenchy: votre talent exceptionnel et votre dévouement resteront à jamais gravés dans ma mémoire. Mes remerciements les plus sincères vont à chacun des héros et héroïnes méconnus en coulisses, pour leur contribution (..). Sans vous tous, je n’aurais pas pu donner vie à ma vision de Givenchy d’une manière aussi belle.» Clare Waight Keller quitte la maison, avec tout de même un prix de meilleure styliste britannique de l’année dans ses cartons, remis des mains de la duchesse de Sussex en 2018.

Alors qui pour prendre le trône ? Qui aura la gargantuesque tâche de faire vivre la maison après le départ de CWK ? Les paris sont dors-et-déjà lancés alors que Sidney Toledano, PDG du groupe LVMH Fashion , a annoncé que les nouveautés seraient communiquées plus tard. Premier nom à enflammer les rumeurs : Alber Elbaz. L’une des figures les plus respectées des trente dernières années, et indissociable de Lanvin. Près de cinq ans après son départ de celle-ci, le retour d’Alber Elbaz est attendu comme Britney en 2008. Son esthétique raffinée, ses silhouettes ultra-fémines manquent à tous les aficionados du glamour et il serait effectivement un candidat plus que redoutable pour le poste. Autres noms énoncés, Simon Porte Jacquemus et Olivier Rousteing. Qu’on soit clair, si l’un des deux obtient la place de DA de Givenchy, je ferme boutique et m’en vais en Meurthe-et-Moselle gérer une boutique Kiabi. Non pas que je n’aime pas ce qu’ils font… (long silence). Mais ces jeunes pousses de la couture se feraient complètement bouffer par le paquebot qu’est Givenchy. A-t-on vraiment envie de voir des robes en crochet chez Givenchy ? Please, non. Quant à Maria Grazia Chiuri, je prie déjà tous les saints pour qu’elle quitte rapidement Dior, ce ne serait pas pour la retrouver chez Givenchy.

Enfin, un nom évoqué sur le compte Instagram @Veugue m’a fait tilter. Il s’agit de Matthew Williams. Son arrivée serait sérieusement envisagée dans les couloirs de LVMH. Il est le fondateur du label Alyx et directeur artistique de « Haus of Gaga », le collectif d’artistes et de créateurs qui entourent Lady Gaga depuis 2008. On lui doit notamment les looks de scène de la chanteuse entre 2008 et 2010. Aujourd’hui Matthew Williams a 48 ans et s’est fait un nom dans ce petit mondé looké. Il a notamment collaboré avec Kanye West et a été finaliste du prix LVMH en 2016. Son label Alyx voit toutes les sous-cultures s’embrasser, du street à l’esthétique clubbing en passant par le tailoring. Clairement dans l’air du temps. Alors pourrait-il être l’élu de Givenchy ? Rien n’est moins sur, pourtant j’y verrai un signe d’audace et une réelle volonté de la part de la maison de s’offrir un bon lifting. Williams a l’expérience et les épaules nécessaires, mais également la fougue et l’imprévisibilité essentielle pour que Givenchy survive en 2020.

Rien ne va plus, faîtes vos jeux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :